Retrouvez-nous sur
Chantier
chb yadis

Mesures d’empoussièrement

Après des travaux de retrait d’amiante, il est essentiel de s’assurer que l’amiante n’est plus présent au sein des locaux concernés par l’opération et particulièrement au niveau de l’air ambiant.

Pour prévenir toute contamination par des fibres d’amiante, très volatiles et d’autant plus dangereuses lorsqu’elles se présentent sous l’état de particules invisibles, des mesures d’empoussièrement doivent être réalisées avant la restitution des locaux, par l’intermédiaire d’un opérateur compétent et certifié.

Les mesures d’empoussièrement se déroulent en deux phases, la première, comme le stipule l’article R4412-140 du Code du travail, avant d’enlever tout dispositif total ou partiel de confinement.

Appelée phase libératoire, cette mesure du niveau d’empoussièrement dans l’air fait suite à un examen visuel des surfaces traitées comme à un nettoyage minutieux de la zone impactée par les travaux.

Quant à la seconde mesure d’empoussièrement, elle est effectuée après le démantèlement du dispositif de confinement, comme l’indique l’article R1334-29-3 du Code de la santé publique, texte créé par l’article 1 du décret n°2011-629 du 3 juin 2011.

Réalisées par un préleveur d’air pour diagnostic fibres d’amiante et particules, les deux mesures d’empoussièrement mentionnées plus haut suivent une méthodologie précise, selon la norme internationale NF EN ISO 16 000-7 et son guide d’application GA X46-033.

Quoi qu’il en soit, pour permettre la restitution finale des locaux traités, elles ne doivent pas afficher un résultat supérieur à cinq fibres par litre.  

nos certifications et assurance

expert en pathologie du bois fcba et certifié pour tous vos diagnostics

Diagnostic avant démolition Bretagne
Amiante enrobés routiers Bretagne
Diagnostic mérule Bretagne